mardi 17 avril 2018

Cosmic Girl 💫


Entre les journées grises et la pluie, et puis aussi et surtout le fait d'avoir moins de temps libre, trouver un moment pour faire des photos d'outfit fut bien compliqué ces derniers mois. Alors dès qu'il y avait un semblant d'accalmie, il valait mieux en profité. Et c'est ce que nous avons fait avec Elisa la dernière fois que l'on s'est vues, après notre désormais (presque) habituel goûter, nous avons filé au Palais Royal immortalisé ce petit look que j'avais en tête depuis pas mal de temps déjà.

Cet outfit est composé d'une majorité de pièces devenus un peu des "basics" tant je les porte souvent (et que vous avez déjà vu plusieurs fois par ici pour la plupart) : mon gilet loose Urban Outfitters qui m'a accompagné tout l'hiver dernier, et qui ne m'a toujours pas lâché cette année ; mes Dr Martens jaunes soleil, associées à une paire de grosses chaussettes Primark, histoire d'avoir bien les pieds au chaud. Et puis mon petit sac "Hope" Matt&Natt qui ne me quitte presque plus et que je vous ai présenté ici.
La petite nouvelle dans cette tenue, c'est cette robe imprimée Galaxie de chez Monki, à la forme babydoll, que j'ai trouvé par hasard sur Asos durant l'été, et dont vous vous doutez bien sur laquelle j'avais totalement craqué. J'ai donc attendu sagement la rentrée pour me l'offrir ! Le tissu est assez léger mais avec une top et un shorty en dessous, j'ai pu la porter même lors des froides journées d'hiver. Sa coupe babydoll hyper large (peut-être un peu trop d'ailleurs, mais la taille en dessous n'était plus dispo) et la légèreté du tissus en fait une robe hyper confortable dans laquelle je suis totalement libre de mes mouvements (je pense que je pourrais même faire le grand écart avec, si grand écart je savais faire).

Je souhaitais aussi profiter de cet article pour vous parler un peu éthique, parce que j'aborde de plus en plus ce sujet sur le blog, et notamment dans mes looks. J'insiste pas mal sur la provenance de mes vêtements, leur matériaux de fabrication, comme si c'était un truc devenu presque logique et simple pour moi.
Alors que finalement, je suis encore en pleine phase d'apprentissage et qu'il m'arrive encore parfois de me poser des questions sur mes démarches et mes envies d'être éco-responsables.


Voilà plusieurs mois (voir même années en fait), que j'ai pris conscience de pas mal de choses et que j'ai entrepris de réfléchir à ma consommation de manière à ce qu'elle soit (autant que possible) responsable.
Tout d'abord, dans les cosmétiques, qui a fait suite à l'arrêt de la consommation de viande il y a bientôt trois ans maintenant. Et puis naturellement, la recherche et l'envie d'un mode de vie plus éthique s'est peu à peu imposé sur plusieurs aspects, notamment les fringues (vêtements et accessoires compris).


Je n'ai jamais été une grande consommatrice de mode. Enfin si, j'ai toujours bien aimé m'acheter des vêtements, bien m'habiller (tout est relatif sur le "bien s'habiller" quand je repense à certaines périodes de ma vie en terme vestimentaire...) mais je n'ai jamais eu la fièvre acheteuse (je remercie mes parents qui nous ont toujours bien habitué avec ma soeur et mon frère, à n'acheter "qu'en cas de besoin", et ne jamais être dans la surconsommation, juste comme il faut). Pour autant, je ne faisais pas attention à la composition des trucs que j'achetais encore moins leur lieu de fabrication. Si une pièce me plaisait, et qu'elle était dans mon budget, je l'achetais.

En revanche, s'il y a bien une chose que j'ai toujours refusé d'acheter et de porter, dans mon budget ou pas, que la pièce me plaise ou pas, c'est bien la fourrure animale. Ça il en a toujours été hors de question : jamais je ne porterais un animal mort sur moi.
Oui, mais voilà quand j'ai arrêté de manger de la viande, le cuir s'est imposé à moi en mode : "j'ai peut-être pas l'aspect fluffy d'un animal mort, mais j'en reste pas moins de la peau animale, et donc par extension j'ai le même statut : je suis un animal mort."
Et c'est le cas. Quand je mangeais de la viande, je me disais que le cuir ben après tout, c'était juste la suite logique de mon steak : on "gaspillait pas la vache", on l'utilisait jusqu'au bout, jusqu'à sa peau bien utile pour faire des sacs et des paires de chaussures (en écrivant ça, je me rends compte de la stupidité et surtout de l'horreur de cet enchainement ""logique"").

Comme mes Dr. Martens, qui sont donc en "vrai" cuir et que je porte avec mon sac Matt&Natt, lui en cuir Vegan, un peu paradoxale, non ?
J'ai acheté les premières il y a bientôt quatre ans maintenant, je mangeais encore de la viande, je n'avais je crois même pas encore entendu parlé du véganisme (ou très vaguement). Alors le fait qu'elles soient en cuir, franchement c'était vraiment un détail, parce que ces Dr Martens jaunes, j'en rêvais depuis si longtemps, et je savais que ça serait un bon investissement puisqu'elles allaient me durer (et heureusement vu leur prix). Et c'est le cas, elles sont devenues mes chaussures tout terrain : quand il pleut, ce sont mes bottes de pluie, quand il neige, ce sont mes chaussures anti-dérapants/après-ski, quand je veux mettre un peu de soleil dans une tenue, quand je vais passer une journée dans le froid et/ou sous la pluie à Disney... Non, vraiment, je ne pourrais plus m'en passer.
Alors je ne vous cache pas qu'il y a un ou deux ans, j'avais un peu de réticence à les porter, j'en étais presque dégouter suite à ma prise de conscience, et mon changement de régime alimentaire : "omg mais je porte une pauvre vache morte à mes pieds", mais impossible de me résoudre à m'en séparer. Je me dis que le mal est fait de toute façon, autant les porter, les user, les rentabiliser et justement en faire un achat "malin" fait pour durer. Je ne vous dit pas que je ne vais pas m'en lasser, peut-être même qu'un jour l'idée de porter du cuir (même usé) me sera insupportable. Mais pour l'instant, pense que les jeter ne seraient absolument une démarche éthique pour le coup (sauf si je les vendais sur Vinted ou bien donnait à quelqu'un). J'évolue et j'essaie de changer à mon rythme, petit à petit, même si parfois ça ne semble pas forcément évident, et que je peux paraitre un peu en contradiction avec moi-même.


C'est aussi le cas de cette fameuse robe galaxie, 100% polyester et en plus, fabriquée en Chine. Franchement,c'est à se demander ce qu'elle a d'éthique ? Et bien pas grand chose en fait, si ce n'est la marque.
Je vous ai beaucoup parlé de Monki ces derniers mois, notamment pour leurs jeans désormais tous fabriqués en coton bio. Mais ça ne s'arrête pas uniquement à leur collection en jean, puisque d'autres pièces de la marque sont aussi en coton bio (c'est le cas de mon sweat jaune que vous aez pu apercevoir ici).
Alors, déjà je trouve ça très chouette que cette marque de fast-fashion anglaise fasse attention à la fabrication et provenance de ses fibres mais surtout ce que j'adore avec Monki c'est que c'est une marque engagée, notamment en ce qui concerne le GRL POWER et l'émancipation des femmes.
Ils ont, par exemple, lancé une campagne et avec Lunette pour commercialiser une coupe menstruelle afin de sensibiliser et distribuer près de 5,000 cups à The Cup Foundation (plus d'infos ici).
Et puis, ils font de plus en plus de campagnes pour la diversité de leur mannequins et modèles très body positive, (je pense notamment cette série de photos #NoFilter) alors même si Monki est loin d'être 100% green, et 100% éthique, j'ai envie de soutenir leur volonté et action pour un monde plus responsable et plus égalitaire. C'est un peu une façon, pour moi, à mon échelle d'y contribuer aussi !

J'essaie néanmoins de privilégié des marques réellement engagées (comme Bonobo avec leur gamme Instinct, Matt&Natt, Close et leurs collections fabriquées en Europe, etc.) et puis lorsque je peux, j'opte pour des fibres et des tissus naturels, le moins polluant possible. C'est d'ailleurs de plus en plus ce qui va décidé si je vais faire un achat ou pas : j'ai adopté le "réflexe étiquette" afin de vérifier : 1. le lieu de fabrication, et 2. la composition.
Et je peux vous dire qu'en plus de la planète, c'est aussi mon monnaie qui me dit merci parce que oui, éthique rime bien souvent avec économique (malgré ce que pas mal de gens peuvent penser).


Robe - Monki ◇ Gilet - Urban Outfitters ◇ Chaussures - Dr. MartensSac "Hope" modèle 2016 - Matt&Natt

Ce look cosmic, que j'aime beaucoup et dans lequel je me sens bien, n'a, vous l'aurez compris, presque rien d'éthique finalement : je sais qu'il n'est pas parfait d'un point de vue éco-responsable (tant sur les matières que sur la provenance des pièces qui le composent), et surtout je sais pourquoi il ne l'est pas, et c'est, je pense, un bon début, d'en avoir conscience et ainsi pouvoir changer. Car, le changement, ça ne se fait malheureusement pas en un claquement de doigt.
Et puis, ce look, c'est aussi une manière de vous montrer que, tout comme cet outfit, personne n'est parfait, qu'il n'y a pas de petite réflexion, ce sont les petites décisions qui amènent parfois à de grands changements. L'important c'est de prendre son temps, d'être patient.e et surtout de savoir accepter d'avoir des moments de contradiction avec soi-même.

💫

Merci une fois de plus à Elisa pour les photos.
jeudi 12 avril 2018

Les films du mois #19 - Janvier et Février 🎬

Dans mon précédent article, je vous disais que j'avais été un peu prise dans le tourbillon de la vie d'où mon manque d'assiduité par ici, bon et bien finalement, le mois de mars ne m'a pas laissé beaucoup de répit par la suite.
Je ne sais pas si avril sera plus calme (je ne pense pas tbh), toujours est-il que j'avais très envie de revenir sur les films découvert en début d'année. En effet, vous avez été super enthousiastes que je continue la catégorie "film du mois", vous avez même été plusieurs à m'encourager à changer un peu de format, même si cela impliquait que les articles se fassent un peu moins régulier.
Durant les mois de janvier et février je suis allée pas mal au ciné en plus, de quoi avoir assez de matière pour partager ça avec vous !


PITCH PERFECT 3 (2017) — 
Grande fan des deux premiers films, j'attendais avec impatience la sortie de ce troisième et ultime volet des aventures des Bellas !
J'ai passé un chouette moment devant le film, malheureusement il n'a pas été à la hauteur de mes espérances, et des précédents. Je l'ai trouvé beaucoup trop perché, c'est pourtant ce qui faisait le charme de Pitch Perfect, ce côté décalé voir complètement barré mais là... c'était trop. Les musiques étaient chouettes mais sans plus également.
Je reste quand même contente de la moral de fin, hyper positive et much sororité, et puis c'était une belle manière de terminer cette aventure musicale (le générique de fin a réussi à me faire couler des petites larmes).

LE CRIME DE L'ORIENT-EXPRESS (2018) — 
N'ayant jamais lu le livre, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre mise à part qu'il s'agissait d'un crime à bord d'un train (merci captain obvious) et donc d'une enquête dans un huit-clos.
Et bien, sans grande surprise, j'ai trouvé le film long : je ne suis pas une grande fan de polar dans la littérature, je pensais que ça passerait peut-être mieux au cinéma, mais finalement non. L'intrigue est prenante, on a envie de savoir qui est le coupable, mais ça manque d'action, de suspens, de rebondissement, quelque chose qui me tienne en haleine. C'était trop lisse à mon goût.
J'ai tout de même adoré les décors, les costumes qui nous plongent direct à la fin des années 1920/début des années 1930.
Comme je vous le disais, je n'ai pas lu le fameux roman d'Agatha Christie dont le film est adapté, je n'avais donc aucune idée de qui pouvait être le coupable, et la fin à tout de même réussi à me surprendre un temps soit peut.

LA MONNAIE DE LEUR PIECE (2018) — 
J'ai hésité à inclure le film dans mes critiques tellement je l'ai trouvé nul et sans intérêt. Depuis que j'écris les films du mois, j'essaie toujours d'argumenter de trouver quelques chose de constructif à dire d'expliquer ce que j'ai aimer ou pas, mais pour celui-ci il n'y a juste... rien à dire ? Alors peut-être que je n'y suis pas allée le bon jour avec le meilleur état d'esprit, mais franchement je n'ai pas rigolé une seule fois, par contre j'ai plusieurs fois rigolé jaune.
Ce qui aurait pu sauver le film c'est s'il y avait eu une morale ou un retournement de situation à la fin, mais non, rien.
La monnaie de leur pièce regroupe finalement tout ce qu'il y a de plus insupportable dans le cinéma français : des blagues lourdes, un humour sur base de cliché et de méchanceté gratuite, le tout sans intérêt. Et c'est vraiment la question que je me suis posée en sortant de la salle, quel était l'intérêt de ce film ? Parce que personnellement je n'en ai trouvé aucun.

JUMANJI: WELCOME TO THE JUNGLE (2018) — 
L'agréable surprise de ce début d'année : je n'attendais absolument rien de ce film, je n'avais pas spécialement envie de le voir au ciné et finalement je ne regrette absolument pas d'y être allée. Je me suis éclatée devant le film, je l'ai trouvé hyper drôle, pour le coup ici, il y a de l'action, on ne s'ennuie pas une minute.
J'ai particulièrement aimé l'effort pour casser les clichés et autres stéréotypes. Les acteurs ne se prennent pas du tout au sérieux, la dimension comique n'en est que plus accentuée.
Et puis, j'ai beaucoup apprécié le fait de transposé le jeu de plateau en jeu video, ce qui en fait un chouette reboot dans l'ère du temps, tout en reprenant les codes du Jumanji originel.

CALL ME BY YOUR NAME (2018) — 
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre pour ce film, je ne savais même pas si je voulais le voir car j'avais peur d'un film voyeuriste, qui me mette mal à l'aise. Finalement, je l'ai découvert en avant-première (en présence des acteurs et du réalisateur en plus !), un mois avant sa sortie avec les copinettes, et j'ai adoré, j'en suis presque tombé amoureuse.
L'histoire m'a beaucoup touché, la relation entre Elio et Oliver est très bien traitée (j'avais aussi bien peur de la façon dont serait traité l'homosexualité, mais aussi et surtout la relation ado/adulte). Rien n'est gênant, tout est suggéré et ce de manière très poétique.
Visuellement, le film est magnifique, et je ne parle même pas de la BO qui est juste superbe et donne toute sa dimension à l'histoire (la scène finale <3).
Vraiment une très belle histoire d'amour qui en traite tous les aspects : des débuts innocents et plein d'entraint, à la fin qui nous laisse parfois le coeur brisé, l'âme abimée et esseulée. 

FERDINAND (2017) — 
J'ai bien failli le louper au cinéma, j'ai tardé à aller le voir, je n'arrivait pas à me décider car la BA me donnait envie mais en même temps je n'étais pas fan des graphismes et finalement j'ai adoré.
C'est une histoire mignonne, drôle, touchante qui a beaucoup parlé à mon petit coeur d'amoureuse des animaux. J'ai énormément apprécié les différents messages que transmettent le film aussi bien sur l'amitié que la place des animaux et leur sensibilité (je suis ressortie de la salle en me disant que devenir végé était définitivement une des meilleures décisions de ma vie, et que cela correspondait x10000 à mes valeurs). Je suis finalement tombée sous le charme des graphismes qui justement donnaient ce côté décalé et drôle au film (particulièrement à la chèvre complètement perchée). En plus de ça, la BO est TOP (Home me rappelle tellement ce que je ressens quand je pense à l'Auvergne).
Et après le succès de Coco (qui, je pense, a fait de l'ombre à Ferdinand), j'ai été ravie de voir que la culture hispanique était une fois de plus mise en avant dans ce film.

HORSE SOLDIERS (2018) — 
Soyons tout de suite honnête, si je suis allée voir ce film c'est avant tout pour Chris Hemsworth. Je voyais des affiches partout dans le métro et je n'avais aucune idée de quoi il était question (sauf qu'il s'agissait d'un film de guerre, vu les affiches).
Je ne suis généralement pas fan de ce genre de film d'ailleurs puisqu'ils ont la facheuse tendance à toujours glorifier la nation américaine qui vient sauver et aider les pauvres petits peuples en guerre. Bon c'est un peu le cas ici, mais j'ai trouvé cet aspect moins marqué, peut-être en partie parce que cette équipe de soldat n'était pas vraiment en charge sur le terrain ?
Bref j'y connais absolument rien en tactique de guerre, donc je vais pas me lancer dans de grands discours, revenons en au film qui m'a plutôt agréablement surprise, et qui a marqué pas mal de point en prenant la liberté de diversifier son casting avec la présence de plusieurs person of colors, ce qui n'était pas le cas dans la "vraie" équipe dont est tiré cette histoire. Et puis bon Chris Hemsworth ♡ 

BLACK PANTHER (2018) — 
Et le meilleur pour la fin, premier énorme coup de coeur de ce début d'année. Je ne fais pas dans l'originalité vu le phénomène qu'a été Black Panther.
J'avais hâte de le voir, malheureusement je n'ai pas pu y aller la semaine de sa sortie, et après toutes les critiques (*tousse* le forcing) que j'avais lu, je ne vous cache pas que mon enthousiasme était un peu retombé. J'y suis donc aller sans trop d'attente. Et pfiouuuu, ça faisait bien longtemps que je n'avais pas été autant hypé devant un Marvel.
Il y a de l'action bien évidemment (mais de la "bonne action" càd pas des combats dont on connait le dénouement, et qui dure 3 ans), il y a aussi de l'humour, il y a de l'amour, sous toute ses formes, et ce n'est pas ça qui est mit en avant, au contraire. Les personnages féminins sont forts : elles ne sont pas là pour décorer ou simplement soutenir les leader masculin, au contraire elles ont toutes un rôle à part entière dans l'histoire.
Et puis surtout ce cast, cette représentation des Noires, mais WOW, qu'est-ce que ça fait du bien. Et wow, à quel point c'est nécéssaire que ce genre de film existe.


Une année qui a démarré sur les chapeaux de roues niveau cinéma, malheureusement, je n'ai pas continué sur ma lancée : comme je vous le disais en début d'articles mon mois de mars a été assez chargé et je n'ai que très peu été au ciné, j'aimerais me rattraper en avril mais ça à l'air assez mal parti...
À défaut de trouver du temps pour aller au cinéma, j'espère en trouver un peu plus pour bloguer. Je ne vous garantie rien, mais je vais essayer de mieux m'organiser, et surtout me motiver (car je ne sais pas vous, mais moi ça me manque de moins partager ici avec vous).

Et vous, avez-vous déjà eu des coups de coeur cinématographiques en ce début d'année ?
Ou même des déceptions ?
vendredi 16 mars 2018

Les Jolies Choses du Mois — Février ✨


Après un mois de janvier qui a semblé sans fin pour tout le monde, il me tardait que le mois de février arrive. Surtout qu'il s'agit d'un mois court qui lui fait donc gagner beaucoup de point dans mon top de mes mois préférés (oui j'ai une liste de mois préférés ainsi qu'une liste rouge).
J'avais donc prévu pas mal de petites choses à faire durant ce mois de février que je voulais productif et un temps soit peu positif, après ce mois de janvier des plus mornes.
J'ai été une nouvelle fois de plus un peu prise par le tourbillon de la vie en ce début du mois de mars mais j'avais très envie de vous parler de ces chouettes petites choses faites et découvertes au mois de février, un peu sous forme de "favoris".
Ce sont les articles favoris d'Amandine qui m'ont inspiré et donné envie d'essayer de réintroduire cette catégorie sur le blog. Je dis bien essayer car je ne sais pas s'ils seront récurrents. 
J'ai donc décidé de regrouper tout ça dans un article "Les jolies choses du mois", puisqu'ils ne se limitent pas à de simple "favoris" mais comme son nom l'indique à des jolies choses qui m'ont marqué le mois dernier.

Spectacles et concert

J'avais plusieurs sorties et spectacles de prévus, presque tous sur la même semaine d'ailleurs, aussi divers que variés, c'est surement une des raisons principales pour laquelle j'avais hâte que le mois de Février arrive.
Je suis tout d'abord allée au concert de Jhene Aiko avec ma meilleure amie, c'est elle qui me l'a fait découvrir (et c'est surtout elle qui voulait assister au concert d'ailleurs étant une grande fan de l'artiste). J'aime beaucoup son univers et ce qu'elle fait, ça change énormément de ce que j'ai l'habitude d'écouter, j'avais donc très hâte de la découvrir en vrai.
On a passé une super soirée, il y avait une bonne ambiance, Jhene a une énergie positive très communicative. Le concert était à la fois très psychédélique et très doux, à son image finalement. Et c'est avec le coeur remplit de bonnes ondes que nous sommes ressorties de la salle, et prête à tout affronter !

Ensuite, c'est avec mon amie Elisa cette fois que j'ai (enfin) découvert Grease Le Musical, le spectacle du film du même donc, qui se tient depuis la rentrée au théâtre Mogador. J'étais déjà toute excitée avant d'y aller, et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde : c'est coloré, c'est plein de pep's, il y a de l'humour, les décors sont superbes,... J'avais un peu peur de la traduction des chansons en français et finalement ce ne sont parfois que de simple passages et tout reste cohérent, j'ai adoré. Bref j'ai passé une soirée géniale, et je vous avoue que je ne serais pas contre le revoir une seconde fois.

Et puis, pour terminer cette "semaine de spectacles", c'est le célèbre ballet du Lac des Cygnes de Tchaïkovski, que je suis allée voir avec ma maman, à la Seine musicale de Boulogne. C'était la seconde fois que je voyais ce ballet et je suis toujours autant émerveillé devant chaques tableaux. Les musiques, bien que je les connaissent presque toutes par coeur, continuent de me procurer dix milles émotions, c'est donc toujours un plaisir de voir et revoir ce ballet. Surtout qu'il ne s'agit bien souvent jamais de la même compagnie, les costumes, les décors et surtout les interprétations ne sont donc pas les mêmes, de quoi raviver toujours un peu de magie !

Exposition Degas, Danse, Dessins au Musée d'Orsay



En février, j'ai enfin trouvé le temps pour aller à l'exposition Degas, Dessins, Danse avec mon oncle, qui se tenait au musée d'Orsay et que je ne voulais absolument pas louper, Degas faisant partie de mes artistes préférées.
Elle était très complète, j'ai appris énormément de choses sur l'oeuvre de Degas à travers cette exposition richement fournie : il y avait bien évidemment des oeuvres majeurs de l'artiste, mais également des sculptures, et surtout des dessins et travaux préparatoires. C'est, je crois, ce que je préfère dans ce genre d'exposition puisque cela permet de vraiment se rendre compte de tout le travail en amont que font les artistes pour réaliser leurs oeuvres.
Et puis cela permet aussi parfois de découvrir des oeuvres un peu moins connues, ou de faire des parallèles avec des travaux d'autres artistes.
Elle s'est malheureusement terminée fin février, mais vous pouvez toujours aller admirer certaines oeuvre de Degas qui font parties de l'exposition permanente du musée d'Orsay. J'adore ce musée, aussi bien les oeuvres exposées, que l'ambiance et l'architecture si particulière du lieu. C'est vraiment toujours un plaisir de m'y rendre (à noter que tout le musée est gratuit pour les -26ans en plus !)

Love, & You de Gretchen Gomez


Je n'ai pas beaucoup lu au mois de février, par manque de temps mais surtout d'envie, et s'il y a bien une chose que je déteste et qu'il m'est impossible à faire c'est bien me forcer à lire.
Depuis quelques mois, je me suis remise à lire (et aussi un peu écrire) de la poésie, et pour la St Valentin, j'avais décidé de m'offrir un petit recueil de poèmes : Love, & You, de Gretchen Gomez. Je ne vous dirais pas que je l'ai dévoré, car au contraire, lorsqu'il s'agit de poésie j'ai plutôt tendance à prendre mon temps pour profiter de chaque mot, chaque son, chaque sensation que me procure ma lecture. Love, & You était exactement ce dont j'avais besoin : je suis tombée amoureuse des mots rassurants et surtout réconfortants de Gretchen Gomez, ça m'a fait beaucoup de bien au coeur et au moral.

Make-up — Liquid Foundation & Soft Matte Lip Cream


Deux petits coups de coeur make up au mois de février (tout deux cruelty free, of course), tout d'abord le fond de teint All-Day Liquid Foundation de chez H&M. J'ai pendant longtemps refusé de porter du fond de teint, car je détestais la sensation d'étouffement que ça me procurait sur le visage, et également l'effet plâtre que certains faisaient. Je me contentais simplement d'appliquer du correcteur, cela me suffisait amplement, sauf que les tubes diminuaient un peu rapidement... J'ai longuement hésité et puis finalement, comme j'aimais beaucoup les concealer de chez H&M, j'ai donc décidé (avec beaucoup d'appréhension) de tester un de leur fond de teint, et je ne regrette absolument pas. Il est super facile à travailler, il laisse un fini mat et satiné (pas du tout plâtre) et a une bonne couvrance (presque pas besoin d'utiliser de concealer), et surtout il laisse pas peau respiré et ne me fait pas sortir de boutons ! 

Et fin janvier, je me suis offert un nouveau Soft Matte Lip Cream de chez Nyx, j'en avais déjà deux de cette gamme que j'aime beaucoup, et j'avais très envie d'un rouge vif, un peu velour, c'est donc sur le Monte Carlo que j'ai craqué. C'est le rouge parfait, LE rouge à lèvre qui fait de belles lèvres rouge, avec un fini matte comme je l'aime sans dessécher les lèvres. La tenue est pas hyper top mais pour son prix il fait largement son job. Ca a donc été mon to-go du mois de février (vous avez d'ailleurs pu l'apercevoir ici).

Lifestyle — Galentine's Day & Bloggin'
Côté lifestyle, le mois de février a été marqué par deux choses.
Tout d'abord le Galentine's Day que j'ai célébré avec ma meilleure amie, cette fête inventée de toute pièce par mon héroïne de série préférée, Leslie Knope, pour passer un moment avec les femmes de notre entourage (que ce soit des amies ou de la famille) le 13 février. Et cette année j'avais très envie de marquer le coup, surtout que ça tombait le même jour que mardi gras. C'était donc un excellent prétexte pour aller manger des crêpes à l'Atelier, une chaîne de crêperies qui a plusieurs adresses dans Paris et que j'aime beaucoup.

Et puis ce qui a surtout marqué le mois de février, c'est mon retour au blogging. Je suis revenue sur le blog fin janvier mais en février j'ai réussi à publier pas loin de 5 articles. Moi qui avait peur d'avoir perdu l'envie et l'inspiration, c'est tout le contraire. Je suis d'autant plus contente de voir que vous avez été aussi heureux que moi de me retrouver ici, votre enthousiasme m'a beaucoup motivé ! Alors un grand merci à vous. Et puis j'avais oublié à quel point bloguer me faisait du bien, et influait positivement sur mon moral. Alors, même si le temps me manque encore parfois, que je me laisse déborder par la fatigue et la flemme, j'ai tout plein d'idée d'articles que j'espère pouvoir partager avec vous tout bientôt.

🌿

Je suis vraiment contente d'avoir pu faire autant de choses au mois de février, et profiter de mes amies et ma famille : ça m'a fait beaucoup de bien et ça m'a permit de mieux appréhender ce mois de mars qui s'est annoncé assez intense alors que ce n'était pas forcément prévu. Un peu à contre coeur, j'ai dû délaisser le blog, mais le retour des beaux jours, les journées qui rallongent, le soleil qui revient doucement, les oiseaux qui chantent et surtout le printemps qui arrivent me permettent de garder le moral, et d'enfin me dire que le plus gros de l'hiver est (normalement) derrière nous.