mardi 17 avril 2018

Cosmic Girl 💫


Entre les journées grises et la pluie, et puis aussi et surtout le fait d'avoir moins de temps libre, trouver un moment pour faire des photos d'outfit fut bien compliqué ces derniers mois. Alors dès qu'il y avait un semblant d'accalmie, il valait mieux en profité. Et c'est ce que nous avons fait avec Elisa la dernière fois que l'on s'est vues, après notre désormais (presque) habituel goûter, nous avons filé au Palais Royal immortalisé ce petit look que j'avais en tête depuis pas mal de temps déjà.

Cet outfit est composé d'une majorité de pièces devenus un peu des "basics" tant je les porte souvent (et que vous avez déjà vu plusieurs fois par ici pour la plupart) : mon gilet loose Urban Outfitters qui m'a accompagné tout l'hiver dernier, et qui ne m'a toujours pas lâché cette année ; mes Dr Martens jaunes soleil, associées à une paire de grosses chaussettes Primark, histoire d'avoir bien les pieds au chaud. Et puis mon petit sac "Hope" Matt&Natt qui ne me quitte presque plus et que je vous ai présenté ici.
La petite nouvelle dans cette tenue, c'est cette robe imprimée Galaxie de chez Monki, à la forme babydoll, que j'ai trouvé par hasard sur Asos durant l'été, et dont vous vous doutez bien sur laquelle j'avais totalement craqué. J'ai donc attendu sagement la rentrée pour me l'offrir ! Le tissu est assez léger mais avec une top et un shorty en dessous, j'ai pu la porter même lors des froides journées d'hiver. Sa coupe babydoll hyper large (peut-être un peu trop d'ailleurs, mais la taille en dessous n'était plus dispo) et la légèreté du tissus en fait une robe hyper confortable dans laquelle je suis totalement libre de mes mouvements (je pense que je pourrais même faire le grand écart avec, si grand écart je savais faire).

Je souhaitais aussi profiter de cet article pour vous parler un peu éthique, parce que j'aborde de plus en plus ce sujet sur le blog, et notamment dans mes looks. J'insiste pas mal sur la provenance de mes vêtements, leur matériaux de fabrication, comme si c'était un truc devenu presque logique et simple pour moi.
Alors que finalement, je suis encore en pleine phase d'apprentissage et qu'il m'arrive encore parfois de me poser des questions sur mes démarches et mes envies d'être éco-responsables.


Voilà plusieurs mois (voir même années en fait), que j'ai pris conscience de pas mal de choses et que j'ai entrepris de réfléchir à ma consommation de manière à ce qu'elle soit (autant que possible) responsable.
Tout d'abord, dans les cosmétiques, qui a fait suite à l'arrêt de la consommation de viande il y a bientôt trois ans maintenant. Et puis naturellement, la recherche et l'envie d'un mode de vie plus éthique s'est peu à peu imposé sur plusieurs aspects, notamment les fringues (vêtements et accessoires compris).


Je n'ai jamais été une grande consommatrice de mode. Enfin si, j'ai toujours bien aimé m'acheter des vêtements, bien m'habiller (tout est relatif sur le "bien s'habiller" quand je repense à certaines périodes de ma vie en terme vestimentaire...) mais je n'ai jamais eu la fièvre acheteuse (je remercie mes parents qui nous ont toujours bien habitué avec ma soeur et mon frère, à n'acheter "qu'en cas de besoin", et ne jamais être dans la surconsommation, juste comme il faut). Pour autant, je ne faisais pas attention à la composition des trucs que j'achetais encore moins leur lieu de fabrication. Si une pièce me plaisait, et qu'elle était dans mon budget, je l'achetais.

En revanche, s'il y a bien une chose que j'ai toujours refusé d'acheter et de porter, dans mon budget ou pas, que la pièce me plaise ou pas, c'est bien la fourrure animale. Ça il en a toujours été hors de question : jamais je ne porterais un animal mort sur moi.
Oui, mais voilà quand j'ai arrêté de manger de la viande, le cuir s'est imposé à moi en mode : "j'ai peut-être pas l'aspect fluffy d'un animal mort, mais j'en reste pas moins de la peau animale, et donc par extension j'ai le même statut : je suis un animal mort."
Et c'est le cas. Quand je mangeais de la viande, je me disais que le cuir ben après tout, c'était juste la suite logique de mon steak : on "gaspillait pas la vache", on l'utilisait jusqu'au bout, jusqu'à sa peau bien utile pour faire des sacs et des paires de chaussures (en écrivant ça, je me rends compte de la stupidité et surtout de l'horreur de cet enchainement ""logique"").

Comme mes Dr. Martens, qui sont donc en "vrai" cuir et que je porte avec mon sac Matt&Natt, lui en cuir Vegan, un peu paradoxale, non ?
J'ai acheté les premières il y a bientôt quatre ans maintenant, je mangeais encore de la viande, je n'avais je crois même pas encore entendu parlé du véganisme (ou très vaguement). Alors le fait qu'elles soient en cuir, franchement c'était vraiment un détail, parce que ces Dr Martens jaunes, j'en rêvais depuis si longtemps, et je savais que ça serait un bon investissement puisqu'elles allaient me durer (et heureusement vu leur prix). Et c'est le cas, elles sont devenues mes chaussures tout terrain : quand il pleut, ce sont mes bottes de pluie, quand il neige, ce sont mes chaussures anti-dérapants/après-ski, quand je veux mettre un peu de soleil dans une tenue, quand je vais passer une journée dans le froid et/ou sous la pluie à Disney... Non, vraiment, je ne pourrais plus m'en passer.
Alors je ne vous cache pas qu'il y a un ou deux ans, j'avais un peu de réticence à les porter, j'en étais presque dégouter suite à ma prise de conscience, et mon changement de régime alimentaire : "omg mais je porte une pauvre vache morte à mes pieds", mais impossible de me résoudre à m'en séparer. Je me dis que le mal est fait de toute façon, autant les porter, les user, les rentabiliser et justement en faire un achat "malin" fait pour durer. Je ne vous dit pas que je ne vais pas m'en lasser, peut-être même qu'un jour l'idée de porter du cuir (même usé) me sera insupportable. Mais pour l'instant, pense que les jeter ne seraient absolument une démarche éthique pour le coup (sauf si je les vendais sur Vinted ou bien donnait à quelqu'un). J'évolue et j'essaie de changer Ã  mon rythme, petit à petit, même si parfois ça ne semble pas forcément évident, et que je peux paraitre un peu en contradiction avec moi-même.


C'est aussi le cas de cette fameuse robe galaxie, 100% polyester et en plus, fabriquée en Chine. Franchement,c'est à se demander ce qu'elle a d'éthique ? Et bien pas grand chose en fait, si ce n'est la marque.
Je vous ai beaucoup parlé de Monki ces derniers mois, notamment pour leurs jeans désormais tous fabriqués en coton bio. Mais ça ne s'arrête pas uniquement à leur collection en jean, puisque d'autres pièces de la marque sont aussi en coton bio (c'est le cas de mon sweat jaune que vous aez pu apercevoir ici).
Alors, déjà je trouve ça très chouette que cette marque de fast-fashion anglaise fasse attention à la fabrication et provenance de ses fibres mais surtout ce que j'adore avec Monki c'est que c'est une marque engagée, notamment en ce qui concerne le GRL POWER et l'émancipation des femmes.
Ils ont, par exemple, lancé une campagne et avec Lunette pour commercialiser une coupe menstruelle afin de sensibiliser et distribuer près de 5,000 cups à The Cup Foundation (plus d'infos ici).
Et puis, ils font de plus en plus de campagnes pour la diversité de leur mannequins et modèles très body positive, (je pense notamment cette série de photos #NoFilter) alors même si Monki est loin d'être 100% green, et 100% éthique, j'ai envie de soutenir leur volonté et action pour un monde plus responsable et plus égalitaire. C'est un peu une façon, pour moi, à mon échelle d'y contribuer aussi !

J'essaie néanmoins de privilégié des marques réellement engagées (comme Bonobo avec leur gamme Instinct, Matt&Natt, Close et leurs collections fabriquées en Europe, etc.) et puis lorsque je peux, j'opte pour des fibres et des tissus naturels, le moins polluant possible. C'est d'ailleurs de plus en plus ce qui va décidé si je vais faire un achat ou pas : j'ai adopté le "réflexe étiquette" afin de vérifier : 1. le lieu de fabrication, et 2. la composition.
Et je peux vous dire qu'en plus de la planète, c'est aussi mon monnaie qui me dit merci parce que oui, éthique rime bien souvent avec économique (malgré ce que pas mal de gens peuvent penser).


Robe - Monki ◇ Gilet - Urban Outfitters ◇ Chaussures - Dr. MartensSac "Hope" modèle 2016 - Matt&Natt

Ce look cosmic, que j'aime beaucoup et dans lequel je me sens bien, n'a, vous l'aurez compris, presque rien d'éthique finalement : je sais qu'il n'est pas parfait d'un point de vue éco-responsable (tant sur les matières que sur la provenance des pièces qui le composent), et surtout je sais pourquoi il ne l'est pas, et c'est, je pense, un bon début, d'en avoir conscience et ainsi pouvoir changer. Car, le changement, ça ne se fait malheureusement pas en un claquement de doigt.
Et puis, ce look, c'est aussi une manière de vous montrer que, tout comme cet outfit, personne n'est parfait, qu'il n'y a pas de petite réflexion, ce sont les petites décisions qui amènent parfois à de grands changements. L'important c'est de prendre son temps, d'être patient.e et surtout de savoir accepter d'avoir des moments de contradiction avec soi-même.

💫

Merci une fois de plus à Elisa pour les photos.

3 commentaires:

  1. Tes Dr Martens compliment parfaitement ta petite robe cosmic avec ce rappel de jaune! J'adore <3
    J'ai beaucoup aimé ton article car je suis un peu dans la même situation. Plutôt au niveau des cosmétiques et des produits de beauté. Pas encore au niveau des fringues. Je ne réfléchis pas encore de manière éthique (humainement parlant).
    Point positif néanmoins est que je ne porte que du faux cuir mais je pense que c'est plutôt une question de prix qu'une question de conviction. Si j'avais acheté des Dr Martens il y a plusieurs années, je les aurai probablement prise en cuir également. Maintenant que je sais qu'ils en font en cuir vegan et avec ma "nouvelle" mentalité sur le sujet, je sais que je me tournerai vers cette option. Néanmoins je ne pense pas que quelqu'un devrait nécessairement se séparer de ses possessions car celles-ci sont en cuirs et que la personne est vegan. Il y a toute une polémique autour de la fourrure vintage dans le même genre et même si je suis contre la production actuelle, je ne vois pas pourquoi on devrait jeter la pierre à quelqu'un a hérité d'un manteau de fourrure de sa grand-mère par exemple. Enfin c'est une conviction personnelle et un sujet un peu gris je pense.
    Revenons-en à ton article, je trouve cela génial que tu penses étique petit à petit, à ton rythme. Selon moi ce sont les petits pas qui importent le plus car plus tu les accumules plus ceux-ci sont grands et importants. Comme lorsque quelqu'un arrête de consommer de la viande, puis du poisson, puis des produits laitiers... c'est quelque chose qui se fait de manière graduelle et du coup, c'est quelque chose qui va se maintenir plus facilement sur le long terme selon moi. En regardant les étiquettes au fur et à mesure, tu reconnaitrais les vêtements étiques plus facilement, tu vas t'intéresser plus au sujet et tu découvriras de cool marques qui correspondent à ton style (par la même occasion n'hésite pas à partager héhé)
    Des bisous :*

    RépondreSupprimer
  2. Trop, trop, trop jolie ! La robe, c’es tellement toi.
    Et je ne peux qu’approuver TOUT l’article. J’espere vraiment que de plus en plus de monde comprendra enfin l’interet et le besoin d’une mode plus éthique. Et comme tu dis : c’est important de soutenir les marques qui commencent à suivre cette voie, encore plus quand ce sont des noms connus et appréciés... Ça peut vraiment permettre d’ouvrir de nouvelles perspectives aux gens. En tout cas, je me rends compte que de plus en plus de marques commencent à faire un peu plus attention, et ça fait trop plaisir 🌻💛
    Bisous !

    RépondreSupprimer
  3. J'adore ce look ! La robe te va bien et j'aime la couleur des Dr Martens. Et le sac est trop beau aussi <3
    Comme tu dis, le changement ne peut pas se faire du jour au lendemain. Le principal est que tu sois bien dans tes habits et dans ta tête. Personnellement je ne fais pas du tout attention à ce que j'achète mais je trouve que c'est chouette que de plus en plus de monde ai cette démarche (que ce soit les magasins ou les consommateurs).

    RépondreSupprimer

Merci pour vos gentils petits commentaires. Je prends soin de tout lire avant de valider et j'essaie, dans la mesure du possible, de répondre à tous !