dimanche 12 octobre 2014

We are the Kings and Queens of Suburbia.

Je vous retrouve aujourd'hui pour vous parler musique. En effet, lundi dernier est sorti le  cinquième album de Tokio Hotel. Est-ce utile de vous présenter le groupe allemand le plus populaire de la fin des années 2000 ? Composé des jumeaux Bill et Tom Kaulitz, ainsi que de Georg Listing et Gustav Schäfer, le groupe n'avait rien sorti depuis quatre ans. Autant vous dire que l'attente fut longue pour les fans. Pour ma part, je n'attendais pas leur retour avec impatience, bien au contraire. J'ai été fan du groupe durant le lycée (Tokio Hotel c'était un peu la tapisserie de ma chambre à cette époque là), je les avais lâché un peu avant la période Humanoïd, je ne me retrouvais plus vraiment dans leur musique, je pense aussi que j'avais un peu fait une overdose lors de ma grand période TH.


Quand j'ai vu que des fans en parlaient sur Twitter, je n'étais pas très enthousiaste par rapport à leur retour, j'étais contente pour les fans, mais ça ne me faisait ni chaud ni froid. Et puis, j'ai tout de même écouté Run Run Run par curiosité, voir ce que le groupe de mon adolescence était devenu. Et bien grosse surprise, je n'ai pas le coup de cœur, mais j'aime beaucoup ! Sort ensuite Girl Got A Gun et alors là, grosse révélation, j'adore ! Tout simplement. Je retrouve les TH de 2007 mais en plus grand, en plus mature, mais je crois que la vraie grosse surprise a été Love Who Loves You Back que j'écoute en boucle depuis. Finalement, si on ne sait pas que c'est Tokio Hotel, que l'on n'est pas très familier avec la voix de Bill, on ne devine pas à la première écoute qu'il s'agit d'eux, et pour un come back, c'est plutôt pas mal de partir sans préjugé sur un groupe qui a autant fait parlé de lui, non ?

Bref, j'attendais donc la sortie de l'album avec grande impatience ! Comme vous vous en doutez sûrement, si j'écris cet article c'est que je n'ai pas été déçue, non, vraiment très bonne surprise durant l'écoute de Kings of Surbubia dans lequel on retrouve aussi bien des musiques rocks (les solos de guitare et de basse héhé), des balades, et aussi des sons un peu plus électros.
On sent bien que le groupe a grandit, évolué en quatre ans, cela n'empêche pas que l'on retrouve ce petit truc qui distingue Tokio Hotel des autres. On sent également que le groupe s'est pleinement investi dans l'écriture de cet album, qu'il a une réelle identité, la leur, que ce n'est pas un produit marketing pré-fabriqué pour faire vendre. 


Kings of Surbubia est donc une très bonne surprise pour cette fin d'année 2014 et pourrait bien vous réconcilier avec le quatuor allemand. J'attends de ce fait impatiemment une tournée du groupe que j'irai sans doute revoir en live, et je peux vous dire que pour les avoir déjà vu en 2007, ils envoient du pâté et se donnent à fond en concert ! Le groupe ne semble pas avoir perdu de sa popularité après toutes ces années, ni son identité, et on s'en réjouit.

2 commentaires:

  1. Je n'ai jamais aimé ce groupe, mais j'avoue être curieuse d'écouter ce nouvel album qui a l'air de mettre les fans d'accord (ou presque tous) ! Et ton article aussi me donne envie, à l'occasion j'irai écouter ça :D

    RépondreSupprimer
  2. Je suis d'accord avec ta critique, je n'étais pas très emballée au départ, surtout que je n'avais pas vraiment été fan d'Humanoid. Les deux premiers extraits m'ont plu, mais LWLYB m'a carrément transporté, et je suis très heureuse de les retrouver, mais plus adultes, grandis, comme nous en fait! (et j'attends avec impatience la tournée parce que leurs concerts sont géniaux, et en espérant t'y voir!)

    RépondreSupprimer

Merci pour vos gentils petits commentaires. Je prends soin de tout lire avant de valider et j'essaie, dans la mesure du possible, de répondre à tous !